Déclaration : Augmentation de la violence sexuelle contre les nourrissons et les enfants à Kavumu

La déclaration suivante de la directrice exécutive de la Fondation Panzi, USA, Naama Haviv, traite de l'augmentation des rapports de violence sexuelle et de viols visant les nourrissons, les tout-petits et les très jeunes enfants à Kavumu et dans les régions environnantes de l'Est de la RDC. 

Lorsque j'ai commencé à travailler pour combattre les atrocités de masse dans l'est de la RDC, j'étais un universitaire en voie de guérison. J'ai quitté un programme de doctorat au Strassler Center for Holocaust and Genocide Studies avec une maîtrise, presque une thèse, poussé par le désir de laisser la théorie derrière moi et de travailler de manière pratique pour combattre les crimes dont j'entendais parler quotidiennement au Soudan, au Congo et ailleurs. 

La recherche universitaire offrait une certaine sécurité. Même lorsque j'étais confrontée à des récits de crimes dévastateurs, je pouvais me plonger dans les statistiques, rechercher les tendances de manière impartiale, m'engager dans de longs débats sur la méthodologie de la recherche, qui étaient d'une satisfaction bouleversante. J'ai vite découvert que même dans le domaine du militantisme et de la défense des droits, je pouvais prendre mes distances, me concentrer sur les déclarations de politique générale, les prises de position et les moindres détails du processus législatif. 

Toute cette distance soigneusement construite a volé en éclats lors de mon premier voyage dans l'est du Congo. Je travaillais à l'époque pour Jewish World Watch, qui combat les génocides et les atrocités de masse d'un point de vue religieux. En tant que membres d'une communauté de foi, on nous demandait souvent de partager une bénédiction avec des personnes qui avaient subi un traumatisme indescriptible. 

Nous sommes entrés dans une de ces communautés, un service hospitalier réservé aux femmes ayant subi des violences sexuelles. Je suis passée d'un lit à l'autre, en essayant d'imaginer comment je pourrais offrir un quelconque réconfort à des femmes qui avaient déjà tant perdu. Et puis j'ai atteint une femme, qui partageait son lit avec ses deux enfants - deux filles de six et quatre ans. Je me souviens avoir prudemment demandé à notre guide et traductrice de l'hôpital si les filles avaient simplement suivi leur mère, leur seule personne à charge, à l'hôpital ? Étaient-elles simplement avec elle (je l'espérais) pendant qu'elle cherchait un traitement ? 

La réalité était horrible : la fille de six ans de cette femme avait suivi sa mère à l'hôpital. Mais sa fille de quatre ans avait également été violée.

Il n'y a pas de réponse académique à un crime comme celui-ci.

Je ne pouvais pas chercher à effacer la douleur que je voyais dans les yeux de la mère - pas seulement à cause du crime commis contre elle, mais pour ce qui était arrivé à la fille qu'elle aimait tant, aussi douce, belle et pleine de potentiel que n'importe quel enfant. Il n'y avait pas d'étude que je pouvais mener ou de lettre que je pouvais écrire qui effacerait cette horreur, qui m'éloignerait. 

La douleur que j'ai ressentie pour une mère, une fille, une famille - la douleur était écrasante. À quel point la douleur doit-elle être écrasante dans la communauté de Kavumu, dans la province du Sud-Kivu en RDC, où au cours des deux dernières années, au moins 34 cas de violence sexuelle contre des bébés, des tout-petits et des jeunes enfants ont été signalés ?

La crise à laquelle la communauté de Kavumu est confrontée est inimaginable. Des filles âgées d'à peine 18 mois, et jusqu'à 10 ans, ont été vicieusement attaquées. Beaucoup d'entre elles sont volées dans leur lit la nuit, les auteurs s'attaquant à une population pauvre dont les portes ne sont pas verrouillées. Les filles sont rendues à leurs parents violées, leur corps est dévasté et beaucoup d'entre elles doivent subir des opérations chirurgicales longues et complexes. 

Depuis près de deux ans, les médecins et les infirmières de l'hôpital Panzi tentent de répondre aux besoins physiques, psychologiques et sociaux de ces jeunes filles, ainsi qu'à ceux de leurs familles. Les professionnels de la santé s'appuient souvent sur leur propre distance clinique vis-à-vis de leurs patients, mais rien dans leur formation médicale n'aurait pu les préparer à l'horreur des crimes dont ils sont témoins. Aucun médecin ne devrait devenir un expert dans ce domaine.

Le rythme des violences sexuelles contre les enfants à Kavumu ne montre aucun signe de ralentissement. Il est inquiétant de constater que les attaques contre les enfants semblent s'étendre à d'autres provinces. Plus récemment, un bébé de 15 mois a été attaqué dans le Bas Congo et est mort peu après avoir été brutalement violé.

La communauté de Kavumu, cependant, ne s'est pas effondrée sous le poids écrasant de ces crimes. Au contraire, elle a fait preuve d'une force, d'une résilience et d'une unité incroyables dans un effort pour combattre et mettre fin à cette crise. Une coalition d'organisations de la société civile de Kavumu - des dirigeants d'associations locales, des enseignants, des avocats, des représentants d'ONG, des défenseurs des droits de l'homme et bien d'autres - se sont unis pour faire face aux violences sexuelles dans leur communauté. La coalition a formé des unités de patrouille mixtes en partenariat avec des agents de la police nationale congolaise. Elle a lancé une campagne de plaidoyer et a même envoyé un représentant à Kinshasa, la capitale congolaise, pour demander aux autorités de réagir à la crise.  

Ce week-end, ils ont organisé un important symposium dirigé par la communauté, "Consortium SOS Jeune Filles en Danger", à la Maison Dorcas de l'hôpital de Panzi, un centre de soins et de conférences. Ensemble, ces leaders de la société civile font des recommandations pour des solutions appropriées afin de mettre fin à la violence. Leurs conseils, qui s'appuient sur les expériences vécues par la communauté et sur sa profonde compréhension de ses propres besoins, seront essentiels pour trouver des solutions à long terme, durables et justes à la crise. 

Il n'y a peut-être pas de réponse académique appropriée à une crise de ce niveau. Mais il doit y avoir une réponse pratique, basée sur des solutions, de la part des autorités chargées de garantir la sûreté, la sécurité et la santé des populations civiles du Congo. La société civile présente des recommandations éclairées et réfléchies - nous demandons instamment aux personnes en position de pouvoir d'écouter et d'agir. 

Contenu similaire

Dr. Denis Mukwege satisfied with the 4th Mukwege Chair Congress

Scientists from all over the world met in France, at the University of Angers from June 5 to 7, for the 4th international congress of the Mukwege Chair. With “Sexual violence and childhood in war” as its theme, this reunion, following on from the Chaire de Liège (Belgium) in 2019 and the one in Bukavu […]

Le Dr. Denis Mukwege, satisfait de la tenue du 4ème congrès de la Chaire Mukwege

Des scientifiques issus de différents coins du monde se réunissent en France, à l’Université d’Angers du 5 au 7 juin, dans le cadre du 4ème congrès international de la Chaire Mukwege. Avec comme thème « Violences sexuelles et enfance en guerre », ces retrouvailles après la Chaire de Liège (Belgique) en 2019 et celle de Bukavu (RDC) […]