Danse-thérapie avec Ami Lusambo

Comme tout le personnel de l'hôpital et de la fondation Panzi, Amina Lusambo (affectueusement appelée Ami par ses collègues) a vu beaucoup trop de jeunes femmes et de filles aux prises avec les conséquences dévastatrices du viol comme arme de guerre.

À Panzi, les survivants ont reçu des soins médicaux et psychologiques, mais ils sont restés découragés. Le traumatisme et la stigmatisation qu'ils avaient subis les enfermaient dans un état de silence. Des survivants âgés d'à peine huit ans ne parvenaient pas à assimiler ce qui leur était arrivé et ne savaient pas comment s'exprimer.

Ami a réalisé que la danse était un moyen pour les survivants de se reconnecter avec leur corps et qu'elle pouvait être une méthode durable pour faire face aux symptômes du SSPT, de la dépression et de l'anxiété. La danse est également devenue une plateforme permettant aux survivants de nouer des relations avec d'autres survivants qui comprenaient leurs expériences et leur douleur.

"On peut faire plus en un mois de danse qu'en trois mois de psychothérapie."

Bien qu'Ami ait été témoin des bienfaits de la danse-thérapie pendant des années, la communauté scientifique reconnaît désormais officiellement les avantages des thérapies basées sur le mouvement, en particulier lorsqu'elles sont appliquées aux personnes souffrant de SSPT.

Les femmes participent à une thérapie par la danse dans le cadre du pilier psychosocial de Panzi.

Ami a dansé avec environ 400 survivants, dont la plupart ont entre 11 et 20 ans. Elle est particulièrement passionnée par le travail avec les enfants survivants.

"Quand un enfant crie, cela devrait vous toucher comme si c'était votre propre enfant", a-t-elle déclaré avec insistance, soulignant le rôle de notre responsabilité collective.

Parallèlement à son activité de danse-thérapie, Ami suit une formation pour devenir psychologue clinique. Pour contrer l'épuisement émotionnel qui touche de nombreux psychologues travaillant avec des survivants, Ami considère les séances de danse comme sa propre forme de thérapie.

"Il est de la responsabilité de chacun d'élever la voix des survivants".

Ami reste en contact avec de nombreuses femmes qui ont dansé à ses côtés. Certaines sont depuis tombées amoureuses, se sont mariées et ont eu des enfants. Bien que le travail soit difficile et exigeant sur le plan émotionnel, sa foi en notre responsabilité collective de soutenir les survivants la pousse à continuer.

Amina Lusambo est l'instructeur de danse-thérapie de Panzi et suit actuellement une formation de psychologue clinique.

Cliquez ici pour en savoir plus sur le modèle de guérison holistique de Panzi, notamment sur le pilier psychosocial.

Contenu similaire

Déclaration du Dr. Denis Mukwege sur le récent accord UE-Rwanda sur les minéraux de conflit

Avec le protocole d’accord signé le 19 février entre l’Union Européenne (UE) et le Rwanda pour favoriser le développement de chaînes de valeur « durables » et « résilientes » pour les matières premières, aussi appelées minerais des conflits ou de sang, l’exécutif européen atteint non seulement le paroxysme du cynisme en matière de géostratégie, […]

Statement of Dr. Denis Mukwege on the Recent EU-Rwanda Agreement on Conflict Minerals

With the memorandum of understanding signed on February 19 between the European Union (EU) and Rwanda to promote the development of “sustainable” and “resilient” value chains for raw materials, also known as conflict or blood minerals, the European executive is not only reaching the height of cynicism in terms of geostrategy, but is once again […]

16 Days of Activism at Panzi Foundation

The annual international 16 Days of Activism Against Gender Violence campaign takes place November 25 to December 10. This year, Panzi will carry out a series of activities around the theme Unite Together: Investing to prevent violence against women and girls. Below you will find ways in which we will participate in this year’s campaign.  […]